Tough Mudder : Une expérience de volontariat musclée

Ayant vécu en France toute ma vie, je n’ai jamais eu la chance de connaître Tough Mudder car ils ne sont, malheureusement, pas encore présent en France. J’ai alors saisi l’opportunité de vivre en Angleterre pour quelques temps afin de vivre l’expérience Tough Mudder. Afin de ne pas courir dans l’inconnu, j’ai décidé d’être volontaire avant d’être coureur.

Avant de vous raconter ma journée (de ouf) à Tough Mudder, je vous raconte brièvement pourquoi les organisateurs de courses ont besoin de ce programme de volontariat.

Pourquoi les courses ont-elles besoin de volontaire ?

Il y a de nombreux bénéfices à être volontaire lors d’une course d’obstacles pour nous, et pour eux.

Les organisations de courses d’obstacles ont toutes recours au système de volontariat pour assurer la bonne organisation et le bon déroulement de la course : il est impossible de faire vivre l’évènement sans volontaires. En effet de l’inscription à la course à l’arrivée avec le parcours, les obstacles et les milliers de coureurs, la main d’œuvre nécessaire est énorme. Les volontaires sont ainsi un moyen pour les organisations d’obtenir l’aide nécessaire sans avoir à investir trop financièrement.

Pour attirer les volontaires, les organisateurs de courses d’obstacles doivent garantir que l’expérience soit mémorable ! Lorsque vous êtes volontaires vous passez généralement une journée unique au sein de l’organisation de l’évènement, rencontrez des gens merveilleux, avez votre repas compris, obtenez des goodies de l’évènement ET SURTOUT une inscription ou une réduction sur une course de l’évènement.

Le volontariat est ainsi un bon moyen de découvrir les différents aspects de la course et de participer à la course à moindre coût voire totalement gratuitement. Alors si vous êtes tenté par une course mais n’êtes pas sur, devenez volontaire !

Volontaire tough mudder

Hero Wall : Une expérience de volontaire écrasante

Pour parler un peu plus concrètement de mon expérience de volontaire sur Tough Mudder, la première chose à dire et que j’ai adoré !

Premier point : l’organisation était au top.

Deuxième point : j’ai passé la journée à encadrer le Hero Wall avec Gareth, un mec extra !

Comme pour chaque volontariat, quand on arrive (très tôt), on nous remet notre tenu de la journée, on nous offre un petit-déjeuner et on fait un joli discours sur à quel point, nous, les volontaires avons un rôle essentiel à jouer dans l’organisation et l’évènement et à quel point sans nous, rien ne serait possible.

On m’attribue donc le Hero Wall : 2 murs de 3 mètres à affranchir. Notre rôle est donc d’assurer la sécurité, donner la technique et aider les coureurs, enfin dans la théorie. Dans la pratique, on a passé notre journée à aider les coureurs. Aider dans le sens où nous avons 6 heures à faire grimper les coureurs en donnant de notre physique.

Je m’explique, le mur étant bien trop haut pour la plupart malgré une petite plateforme pour prendre appui, beaucoup n’arrivaient absolument à atteindre le haut du mur. Évidemment, les premiers coureurs, les meilleurs, n’ont pas eu besoin de notre aide, mais pour les suivants et même ceux arrivant en groupe, la tâche n’a pas été facile.

Ainsi, j’ai passé ma journée adossé au mur à donner gens les instructions suivantes :

  • Prends appuis sur mes mains
  • Puis prends appuis sur mes épaules

Je me suis surpris à pouvoir soulever des femmes et des hommes au physique bien plus imposant que le mien mais toujours avec plaisir. C’est beau de voir des personnes au pied du mur dire qu’elles n’y arriveront jamais et qui au final, grâce à notre coup de pouce y arrive.

Le pire dans tout ça ? Les chaussures, tous les coureurs, ou presque, ont des chaussures pour courir sur tous les terrains et ainsi cramponnées, une vraie atrocité pour mes épaules après avoir soulevé plus de 250 coureurs. D’ailleurs vous pouvez constaté sur la photo l’état de  mon t-shirt à la fin de la journée. A croire que j’ai fait la course.

La différence entre Tough Mudder et Spartan Race

Je suis plus un Spartan Racer qu’un Tougher par habitude toutefois c’est un plaisir de découvrir cet évènement. Mais parlons vite fais de quelques différences qui m’ont frappé entre les deux courses et qui les rendent si unique.

Sur Tough Mudder, seulement la première vague est chronométré, les autres coureurs n’ont pas de chrono ce qui donne un côté plus fun et moins compétitif à Tough Mudder.

De plus, Tough Mudder possède beaucoup d’obstacles que vous ne pouvez pas passer seul, cela force l’entraide et l’esprit d’équipe. En courant ou participant à Tough Mudder vous vous sentez part d’une vraie famille.

Autre différence flagrante, il n’y a pas de pénalité, pas de burpees !

Ainsi c’est vraiment pour moi une course qui n’a rien à voir avec Spartan Race et j’attends vraiment de courir ma première Tough Mudder le 9 septembre en vague élite !

Olympus Beast©

obstacle course racing eyes

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s